1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 1.00 (1 Vote)(Votez pour cet article de 1 à 5, selon votre préférence)

La vague écologique qui s’abat sur la construction n’a pas épargné le secteur des peintures. Respectueuses de la santé des utilisateurs et des habitants, les peintures écologiques gagnent du terrain, y compris à la Réunion. Après les peintures minérales, c’est au tour des peintures à base d’huile végétale de s’étaler sur le marché local. Ces peintures se démarquent des peintures traditionnelles par une composition naturelle à 90% et un très faible taux de composés organiques volatils (COV).

La réglementation

Vous l’avez peut-être remarqué, depuis 2010, les peintures à base de solvant –peinture à l’huile ou glycéro – disparaissent des rayons des magasins. La cause ? : on la doit à la directive européenne « Solvants » qui, pour préserver la santé de l’homme et l’environnement, influence directement la réglementation. L’objectif : réduire de moitié les émissions de Composés organiques volatils, substances nocives présentes en grande quantité dans les peintures solvantées. Le taux réglementaire est aujourd’hui de 30g/l de produit pour les peintures intérieures de finition et devrait baisser encore dans les prochaines années.

Les fabricants n’ont donc pas d’autres choix que d’innover et proposer des produits sains, qui conserveraient les qualités techniques et esthétiques des peintures traditionnelles : faculté d’adhérence aux supports, de perméabilité, résistance aux intempéries, pouvoir couvrant, etc.

Avantages écologiques

A la Réunion, les distributeurs commencent tout doucement à proposer des peintures dites écologiques. Parmi elles, les peintures à base d’huile végétale naturelle. Présentes depuis 2008 en métropole, elles sont arrivées sur le marché local en mars 2013, où elles sont directement conditionnées et colorées.

Ces peintures sont composées de matières premières naturelles ou d’origine naturelle à 90%. A commencer par l’huile végétale issue de plantes telles que le lin, le chanvre, le tournesol, le ricin ou le tung. Certaines d’entre elles sont connues pour l’utilisation de leurs fibres dans la fabrication d’autres matériaux écologiques, tels que les isolants (chanvre et lin). D’autres, pour leur utilisation dans l’alimentation (tournesol) ; ces peintures sont d’ailleurs admises sur les plans de travail de cuisine.

Bien qu’elles contiennent 10% de résine synthétique sans nocivité, dans le cas des peintures extérieures, pour favoriser un séchage rapide et éviter les nuances de brillance et de teinte, ces peintures ne contiennent aucun solvant. Elles sont d’ailleurs utilisées pour la finition des jouets d’enfants (Norme Jouet NFEN 71-3).

Qualités techniques et esthétiques

Les peintures à base d’huile végétale proposent des aspects mates et satinés et conviennent en intérieur comme en extérieur, sur tous types de supports, y compris le bois. Elles résistent bien aux intempéries, à l’humidité et sont microporeuses.

Côté esthétique, elles assurent une brillance ou une matité uniforme et homogène, y compris sur des supports de porosité différente.

Application saine

Concernant l’application, deux couches suffisent pour les finitions intérieures et extérieures. Le temps de séchage est d’en moyenne une heure. Seule incommodité : une odeur très légère d’huile végétale qui disparaît au bout de quelques jours. L’habitant peut néanmoins intégrer la pièce dès le premier jour de l’application, sans aucun risque pour sa santé. Les outils peuvent être nettoyés à l’eau savonneuse.

 

Certification : contrôle Ecocert Greenlife à venir

Petit inconvénient pour cette gamme de peintures : elle ne bénéficie pour l’instant (localement) d’aucune certification. Le mat et le satin intérieurs devraient être contrôlés par ECOCERT d’ici 2014. Affaire à suivre…

A lire aussi : Les peintures minérales

Le Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement est gratuitement à votre disposition pour vous informer sur ce sujet. Pour prendre rendez-vous avec l’un de ses architectes-conseillers, téléphonez au 0262 21.60.86.