Notice: Undefined index: prigod in /home/caue974/www-data/www.caue974.com/administrator/.md5 on line 733
Implanter sa maison - Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement de l'île de la Réunion | www.caue974.com
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.83 (3 Votes)(Votez pour cet article de 1 à 5, selon votre préférence)

Chaque nouvelle maison participe à la composition du paysage par son implantation, sa volumétrie, sa couleur, mais aussi par le traitement du jardin et de la clôture. Le projet doit donc satisfaire aux règles de construction, de desserte, d’implantation et de servitudes.

Implanter sa maison

propranolol for sleep Les 4 grands réglements

Le plan local d’urbanisme (PLU) : le PLU que vous pouvez consulter en mairie est composé d’un plan de zonage, d’un plan des servitudes et d’un règlement. Selon la zone où se situe votre parcelle, les règles applicables peuvent différer.

- Le code civil : c’est le recueil des textes qui décrivent les droits et les devoirs de tout citoyen. Il concerne notamment les règles de servitudes, de mitoyenneté…

- Le règlement sanitaire départemental: il précise les prescriptions en matière d’hygiène et de protection de la santé.

- Le code de la construction et de l’habitation : il rassemble les textes législatifs et réglementaires relatifs au droit de la construction et de l’habitation.

La densité

Pour chacune des zones constructibles, le PLU peut déterminer les limites de hauteur et d’emprise au sol des constructions. Il fixe les possibilités maximales de construction au sol au travers du coefficient d’occupation des sols : le COS est un rapport exprimant le nombre de m2 de plancher hors œuvre susceptible d’être construit par m2 au sol.

Le relief

Les travaux de terrassement s’avèrent coûteux et inesthétiques. La prise en compte de la pente naturelle permet de bien ajuster la maison à son terrain. Le mieux est d’envisager un projet sur mesure plutôt que d’essayer d’adapter un modèle de maison conçu pour un terrain plat.

La desserte

  • Le permis de construire peut être refusé si la construction n’est pas desservie par :
  • Les voies publiques ou privées : elles permettent une circulation normale ou l’utilisation des engins de lutte contre l’incendie.
  • L’alimentation en eau : il convient de se renseigner en mairie pour connaître la régie des eaux locale.
  • L’électricité : les travaux sont réalisés par EDF. Rapprochez-vous de la mairie de votre commune pour plus de renseignements.
  • Le téléphone : France Télécom effectue le raccordement.
  • L’assainissement : il existe un réseau d’assainissement collectif, le raccordement est obligatoire. Renseignez-vous en mairie. En l’absence de réseau, il faut prévoir une installation individuelle conforme aux prescriptions de la commune.

L’aspect extérieur

Le PLU peut édicter des prescriptions relatives à l’aspect extérieur : plantations, couleurs, matériaux …

 

Les limites d'implantation

C’est la position du bâtiment par rapport : aux voies, aux limites séparatives, aux autres constructions sur la parcelle.

L’organisation sur la rue

La position de la construction sur le terrain doit tenir compte de l’organisation des autres maisons sur la rue. L’implantation de la construction à la limite de l’alignement ou dans le prolongement des constructions existantes peut être imposée.

 

Les caractéristiques du site

En règle générale, aucun plan type ne peut s’implanter tel quel sur un terrain donné sans qu’il soit nécessaire de l’adapter aux caractéristiques de la parcelle. Il faut tenir compte :

  • De la nature et de la qualité du sol : ils peuvent avoir une incidence importante sur le coût des fondations et de l’assainissement. Dans tous les cas, il faut faire appel à un professionnel du bâtiment pour les fondations, à la mairie de votre commune pour l’assainissement, et éventuellement à un bureau d’études pour une étude géotechnique.
  • Du relief, de la configuration de la parcelle, de la végétation. En cas de pente, il est recommandé de construire le bâtiment plus par déblai que par remblai par rapport au sol naturel. Le bâtiment peut également se développer ou s’agrandir en suivant la pente naturelle du terrain par demi-niveaux.
  • Des accès : ils doivent être confortables, sécurisants et limités. Le garage en sous-sol est peu adapté à la plupart des terrains. Cela entraine des travaux de terrassement supplémentaires, notamment pour l’accès. On privilégiera la solution la plus simple qui s’accorde le mieux avec le terrain naturel : un accès à niveau et le plus direct depuis la voie.
  • Des bâtiments existants : l’implantation de votre habitation doit respecter le tissu bâti existant et s’inspirer de l’architecture locale : forme de la rue, tracé de la place …
  • L’orientation et les vues : Implanter sa maison, c’est choisir le paysage vers lequel notre regard portera quand nous y habiterons. Un choix judicieux dans l’orientation par rapport au soleil et aux vents dominants du lieu participe au confort de l’habitat et aux économies d’énergie.

La parcelle

Il faut tirer le meilleur parti du site pour s’implanter. L’habitude est de placer sa maison au centre du terrain. Cette solution laisse des espaces résiduels difficilement utilisables en jardin. La maison est visible de partout, on cherche alors à se clôturer avec des haies opaques. Par sa position sur le terrain, la maison isole le côté jardin plus intime du côté rue convivial. Une implantation plus proche des limites du terrain libère davantage de surface pour le jardin.

 

Le Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement est gratuitement à votre disposition pour vous informer. Pour prendre rendez-vous avec l’un de ses architectes-conseillers, téléphonez au 0262 21.60.86.